Lecture & culture

Que lisent les petits Français au collège ? (11-14 ans)

enfant lecture expatriation

Depuis que vous êtes expatrié(e), vous avez fait le choix de scolariser votre enfant hors du système français, dans une école internationale ou locale. Mais, tout en étant heureuse de lui donner la possibilité de devenir parfaitement bilingue, vous avez toujours veillé à ce qu’il reste proche culturellement de la France, notamment en matière de littérature. Vous avez donc choisi avec soin ses lectures lorsqu’il était en primaire.

Maintenant, votre enfant a grandi. Vous vous souvenez de livres qui vous ont marqué(e) (ou dégoûté(e) !) que vous aviez lus à son âge, au collège. Mais lesquels étaient-ce déjà ? Et quel âge aviez-vous exactement ? Par quoi aviez-vous attaqué le théâtre français, ou comment en étiez-vous arrivé(e) à dévorer Le comte de Monte Cristo ? D’ailleurs, lit-on toujours Dumas ou Zola à l’école en France ? Aujourd’hui, Emilie nous aide à trouver des bonnes idées de lecture pour nos expats de 11-14 ans, pour que le goût de la lecture s’ancre bien en eux et qu’ils se familiarisent avec les grands auteurs français, des classiques aux plus contemporains.

 

Pourquoi se limiter aux auteurs français ? Déjà, parce que c’est ce que Mathilde m’a proposé et que je ne suis pas contrariante. En plus, j’aime bien les défis : les auteurs français sont si nombreux que je vais forcément en oublier (mais je compte sur vous pour le signaler dans les commentaires). Certes, il peut paraître complètement absurde de parler de science-fiction sans citer Isaac Asimov par exemple. Mais offrez les cinq tomes de Fondation à un enfant qui rentre en cinquième et vous risquez de le dégoûter du genre à tout jamais, alors qu’il aurait adoré l’œuvre un peu plus grand. Par contre, si vous lui faites lire les premières pages d’Oms en série du français Stéphan Wul, il y a fort à parier qu’il voudra connaître la suite.

Enfin, nous ne sommes pas là pour parler uniquement de science-fiction car « Au collège, l’élève doit acquérir une culture que l’environnement social et médiatique quotidien ne suffit pas toujours à construire », dixit un vieux programme officiel. Lesdits programmes officiels changent tout le temps mais les « classiques littéraires » restent. De la même façon qu’on regarde d’un air suspicieux votre enfant qui sort de l’école primaire sans avoir lu Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, vous pourrez croiser des gens qui soupirent en évoquant leurs anciennes lectures : Les Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet, Poil de Carotte de Jules Renard ou Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier. Difficile de savoir si c’est un soupir de regret ou de soulagement (personnellement, les livres en question me tombent des mains) mais dans le doute, installez ces œuvres dans votre bibliothèque : elles sont indémodables (hélas).

 

Au collège, on étudie principalement trois genres : la poésie, le théâtre et le roman.

 

Un peu de tous les genres dans la poésie

Il existe des anthologies très pratiques pour découvrir les poètes les plus connus : Anthologie de la poésie française de Villon à Verlaine (pas cher !) ou Cent poèmes classiques et contemporains par exemple. Vous y retrouverez Victor Hugo, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Charles Baudelaire pour ne citer que quelques auteurs du XIXe ! Si vous cherchez une activité pour occuper votre enfant expatrié, sachez que les collégiens français s’amusent à composer des acrostiches et des calligrammes comme Guillaume Apollinaire.

 

Le (si classique) théâtre

Dès la sixième, on découvre Molière…et on ne le quitte plus ! Chaque année c’est une nouvelle œuvre : Le Médecin malgré lui (6e), Les Fourberies de Scapin (5e), Le Bourgeois gentilhomme ou l’Avare (4e). Vous pouvez également proposer les classiques comiques comme Knock de Jules Romain, La Farce de maître Pathelin (qui leur expliquera au passage pourquoi on dit « revenons à nos moutons »), Le Voyage de monsieur Perrichon d’Eugène Labiche, Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux et toutes les pièces de Georges Feydeau pour les plus grands. Enfin, il est bon d’avoir lu Le Barbier de Séville et Le Mariage de Figaro par Pierre Beaumarchais avant de passer au lycée – sinon pas d’inquiétude, de toute façon ils n’y échapperont pas.

Dans la série « les classiques moins drôles voire pas du tout », vous trouverez Pierre Corneille (Le Cid, Cinna) et son concurrent Jean Racine (Andromaque, Phèdre, Iphigénie et si vous n’en pouvez plus de tous ces morts, Les Plaideurs). Officiellement, c’est à partir de la quatrième, dans la pratique cela peut être un peu dur à aborder, tout comme Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (heureusement, le film de Jean-Paul Rappeneau reprend la majorité des dialogues). Pour les plus âgés, Ruy Blas et Hernani de Victor Hugo et On ne Badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset.

 

Plus de diversité dans les romans, nouvelles, autobiographies…

Selon l’âge de votre enfant, vous pouvez lui faire lire différents textes narratifs. Pour aborder le thème de la guerre par exemple, le conte Tistou les pouces verts de Maurice Druon conviendra aux plus jeunes, le roman autobiographique Un sac de billes de Joseph Joffo puis Le Silence de la mer de Vercors ou Le Pont de la rivière Kwaï de Pierre Boulle un peu plus tard. Attendez la quatrième pour proposer les contes philosophiques Zadig ou Candide de Voltaire.

Par parenthèse, sachez que c’était aussi en quatrième qu’on étudiait il y a peu de temps le genre épistolaire avec la correspondance de Madame de Sévigné ou (encore plus dur) Les Lettres persanes de Montesquieu. Pour donner simplement un aperçu du genre, proposez par exemple Oscar et la dame rose d’Eric-Emannuel Schmitt qui se lit facilement – dans le même registre, le livre qui plaît le plus aux élèves est Ne t’inquiète pas pour moi d’Alice Kuipers mais comme cet article est réservé aux auteurs français, je n’en parlerai pas.

Le roman au collège, c’est surtout l’évasion. C’est le moment idéal pour faire découvrir toute la série des Arsène Lupin par Maurice Leblanc ! Les romans d’aventures (au programme de 6e et 5e) ne manquent pas : Premier de cordée par Roger Frison-Roche, Le Tour du monde en quatre-vingt jours par Jules Verne, Pêcheurs d’Islande par Pierre Loti, Le Bossu de Paul Féval, Les Misérables de Victor Hugo (encore lui), Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas pour ne citer que quelques exemples. Pour les plus âgés, des romans policiers comme Le Mystère de la chambre jaune par Gaston Leroux, Main courante de Didier Daeninckx, Tout à l’ego de Tonino Benaquista ou Hygiène de l’assassin par Amélie Nothomb peuvent séduire. À tout âge, les romans de Patrick Cauvin permettent une bonne détente, que ce soit grâce aux aventures des deux surdoués dans E = MC², mon amour ou à celles du garçon qui vit avec son père dans Monsieur papa. Enfin, No et moi de Delphine de Vigan a beaucoup de succès.

Au collège, on découvre aussi le genre de la nouvelle en association avec celui du roman. C’est l’occasion de présenter à votre enfant l’incontournable Guy de Maupassant, dont il n’a pas fini d’entendre parler : « Le Papa de Simon », « Aux champs », « La Parure », Le Horla…on trouve les plus connues en texte intégral sur Internet. Idem pour Prosper Mérimée : « Mateo Falcone », « La Venus d’Ille », Colomba…Vous avez l’embarras du choix. Mon recueil préféré ? Bonnes nouvelles, des nouvelles variées choisies par Descotes et Jordy, parmi lesquelles vous retrouvez par exemple « Iceberg » de Fred Kassak (également en ligne). Les grands lecteurs pourront aussi apprécier les romans de François Mauriac, Jean Giono, Honoré de Balzac, Emile Zola ou Boris Vian.

Enfin, en troisième, on aborde l’autobiographie. Même si les programmes changent (je me répète), la fin du collège reste d’expérience la période idéale pour lire des ouvrages comme Vipère au poing d’Hervé Bazin, Claudine à l’école de Colette, Le Cri de la Mouette d’Emmanuelle Laborit l’Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris et pour les meilleurs lecteurs La Promesse de l’aube par Romain Gary. Ça y est, votre enfant possède une culture littéraire bien supérieure à ses camarades restés en France.

@ bientôt pour les livres français au lycée !

 

Emilie de Göteborg

Professeur de français

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter
Heureux comme Ulysse
Le webzine des familles expatriées

2 Comments

Leave a Response