Bilinguisme

Quand on pense que la langue est acquise….

enfant bilingue

Vous n’en êtes pas à votre premier pays, et vos enfants non plus. A chaque nouvelle destination, vous vous dites « C’est bien ce pays, il apprendra le portugais / l’espagnol / le japonais… C’est toujours ça de gagné ! ». Et puis, vous quittez le Brésil pour la Chine, et hop, rebelote, vous vous dites « Très bien, dans deux ans, il sera bilingue en Chinois, c’est très utile ». Et vous ne vous inquiétez pas. Votre petit polyglotte suit son bonhomme de chemin, tout va pour le mieux en anglais et en français. Et un jour, bonne nouvelle, l’occasion de retrouver vos grands amis brésiliens se présente. Chouette !! Rien de tel que des retrouvailles et les enfants seront ravis d’aller passer quelques semaines là-bas. Comme les enfants parlent portugais, tout se passera pour le mieux…

Mais vraiment, ils parlent toujours portugais vos enfants ?… Après deux ans en Chine…

Qu’elle n’est donc pas votre surprise quand vous vous rendez compte qu’en fait, ils ont tout oublié ou presque. Et pourtant vous pensiez qu’après leurs quatre années vécues là-bas, ils avaient acquis la langue pour de bon.

Eh bien, non !! Ce n’est pas aussi simple que cela. Tout le monde dit que les enfants sont des éponges. Qu’ils apprennent et absorbent tout facilement. Seulement voilà, tout n’est pas aussi simple. Une fois que l’éponge est bien remplie, il faut l’utiliser à bon escient pour ne rien perdre et que tout soit utilisé. Il n’est pas étonnant donc que votre petit bonhomme ait oublié son portugais en un rien de temps. Même chez l’adulte, une langue n’est jamais vraiment acquise. On parle d’ailleurs de langue morte et de langue vivante. Un être vivant a besoin d’être nourri. Une langue vivante doit être nourrie de la même manière.

Bref, si vous ne faites rien, la langue que l’on pensait acquise se perd et meurt. Ça a l’air tout simple et pourtant, c’est bien comme cela que ça se passe.

 

Le seul maître mot : pratiquer, pratiquer, pratiquer

Alors, me direz-vous ? Comment faire pour que la langue reste active et vivante tout le temps. Eh bien, c’est comme un sport, il faut la pratiquer. En tant qu’adulte, on y pense parfois, mais on ne le fait pas tout le temps. On se dit, pas grave, il faudra que je m’entraîne à nouveau. Cela revient plus ou moins vite, plus ou moins bien. Comme le sport, on pouvait être un excellent joueur de tennis, mais le manque de pratique fait que le jour où l’on veut rejouer, on rate les balles qu’on ne ratait jamais avant. Pour les langues, c’est pareil.

Revenons aux enfants ! Il faut leur montrer comment pratiquer la langue. Tout comme vous avez montré à vos enfants comment marcher, comment s’habiller, il faut leur montrer comment trouver des solutions pour entretenir, pour pratiquer leurs langues étrangères…

 

Ne jamais forcer son enfant à parler telle ou telle langue

Des idées, des idées, je vous entends crier… Il en existe des tonnes, et suivant l’âge, il faut les adapter. Ne jamais utiliser la force. Ne jamais dire : si tu ne parles pas portugais, tu ne pourras pas aller en vacances avec nous au Brésil ; si tu ne parles plus français, tu ne pourras plus rentrer en France… Car de toutes les manières, ce sont des promesses que vous ne tiendrez pas : quoi qu’il arrive, il ira en vacances avec vous et il rentrera en France. J’ai entendu des mamans dire : si tu ne parles pas français, tu n’iras pas chez mamie. Mais dès l’après-midi, il y était chez sa mamie… Alors, pourquoi se casserait-il la tête ?

 

Passer par le jeu, et la ruse, avec les jeunes enfants

Quand vous vouliez que votre enfant mange certains aliments, vous avez peut–être fait preuve de ruse en cachant certains légumes dans la purée ?? Eh bien, pourquoi ne pas faire la même chose. Ainsi quand vos enfants sont petits, il est assez facile de les faire regarder des dessins animés dans une langue plutôt qu’une langue sous prétexte que ça ne fonctionne plus QUE dans cette langue. Il faut lire. Il faut jouer avec ce que l’on a. On peut aussi par exemple se donner des règles, établir des routines en mettant cela par écrit sur un tableau affiché dans la cuisine. Par exemple on peut choisir : petit-déjeuner dans une langue, dîner dans une autre. Cela fonctionne pour une langue que chaque membre de la famille maîtrise, ce n’est pas une bonne méthode pour faire apprendre une nouvelle langue. C’est un pacte entre tous les membres de la famille, ce n’est pas seulement papa et maman qui décident – enfin, dès que les enfants sont en mesure de prendre des décisions ! Et là, ils se prendront au jeu, car même les parents finissent parfois par oublier. Il est amusant de se donner un gage, comme compter à l’envers dans la langue que l’on maîtrise le moins. Mais il faut que les parents jouent le jeu. Il faut que l’utilisation des langues soit ludique et non une corvée.

 

Avec les enfants plus grands

Dès que l’enfant grandit, ce genre de « jeu » ne l’intéresse plus. ‘C’est bébé’, diront-ils. Et pourtant, ils ont beaucoup appris en faisant cela. Là, les parents se sentent perdus. Leur progéniture va-t-elle perdre tout ce qu’elle a appris ? Les langues qu’elle connaît vont-elle s’évaporer et assécher l’éponge qu’ils étaient. Si vous avez assez d’imagination et de volonté pour y travailler, tout se passera pour le mieux. Vous ne pourrez plus imposer une langue pour les films, vous ne pourrez plus avoir de pacte linguistique avec vos enfants. Alors, comment faire ? Prenez la voie qu’ils aiment. Utilisez leurs passions. Je m’explique. Votre enfant est passionné de voile et a commencé à ne plus utiliser le français. En effet, il est dans une école internationale et tous ses copains parlent anglais. Il n’a plus vraiment « besoin » de cette langue au quotidien. Proposez-lui un stage de voile en France ! Un mois pendant l’été. Il devra ainsi utiliser son français, le rendre vivant. Et il se rendra compte qu’en fait, c’est bien utile de savoir parler français. Il pourra ensuite continuer à échanger via Skype avec les amis qu’il s’est fait au stage. Votre enfant adore cuisiner, pourquoi ne pas utiliser des livres de cuisine dans la langue qu’il semble perdre. Vous pouvez aussi mettre vos adolescents au défi : pourquoi ne pas lui proposer de mettre sa tablette dans une autre langue ? Ainsi, il peut continuer à l’utiliser, mais dans la langue qu’il semblait perdre. Abonnez-le à un magazine qui le passionne mais dans cette langue qu’il semblait perdre.

L’accumulation de ces petites choses permettront aux langues acquises des continuer à vivre et à être utiliser. Car une langue n’est jamais, oui, je dis bien jamais, acquise. Même votre langue maternelle peut mourir si vous ne l’utilisez pas au quotidien. Il faut donc rester vigilant. Si vous apprenez à vos enfants, puis vos adolescents à entretenir leurs langues, comme on s’entraine pour un sport, ils en prendront l’habitude et quand ils seront adultes, l’éponge qu’ils étaient enfant sera toujours pleine de ce qu’ils ont acquis.

N’hésitez pas si vous aviez des questions

 

Isabelle Barth

Studio Langues & Mobilité

https://www.studio-langues-mobilite.com

Voir également l’article 5 conseils pour élever un enfant bilingue ou plurilingue
Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter
Tags : bilinguisme
Heureux comme Ulysse
Le webzine des familles expatriées

1 Comment

Leave a Response