Vivre ailleurs

Le retour en France de l’enfant expatrié

retour france expatriation

Vous avez aimé Indian Therapy, le beau roman de Juliette Tissot inspiré de son expérience de femme expatriée à Delhi, en Inde ?

De retour en France depuis presque deux ans, Juliette nous livre aujourd’hui, à la manière de son héroïne, le vécu de ses enfants à la rentrée 2015, après 8 ans en Asie.

Terminé le prestige des enfants qui vivent loin, finies les chambres qui se rangent « toutes seules » le lundi, disparue la piscine sur le toit de l’immeuble, envolé le short pour aller à l’école en février… Clara et Félix sont désormais des petits Français parmi les Français. Alors, après l’Asie, est-ce que c’est compliqué pour les enfants (et leur Maman) de rentrer en France ?

 

Depuis la maternelle, vos enfants n’ont jamais connu que l’ambiance des écoles internationales et des lycées français de l’étranger. Pour eux, la France rime avec été, vacances et pique-nique à la mer avec les cousins. Une fois de retour dans la mère patrie, vos enfants découvrent une nouvelle vie et un pays dont ils ne connaissent finalement pas tous les codes.

Rentrée des classes. « Salut ! Bonjour ! Les vacances ont été bonnes ? Ah ça fait plaisir de voir les copines se retrouver !… » Mes jambes s’enfoncent dans le bitume de la cour de l’école. Sous le parapluie (où sont les manguiers ?), je retiens mes larmes. Ce n’est pas moi qui rentre à l’école, mais c’est moi qui tremble. Mes enfants ne connaissent personne. Aucun arbre de cette cour (minuscule) ne leur rappelle une partie de foot, aucun visage familier à la ronde, notre famille est de nouveau une île dans un univers hostile. Les maîtresses font l’appel. Clara et Félix, le visage fermé, s’éloignent vers leur nouveau destin. Dans nos têtes, le lycée français d’avant et les amis laissés dans notre ancienne vie. Comme un paradis perdu qui nous agite le cœur.

Lost in compréhension. Premier trajet en bus. Clara et Félix rougissent, baissent les yeux et restent silencieux. En 10 minutes, ils ont capté au moins cinq conversations, entendu des gros mots et des blagues. Ils n’en reviennent pas de tout comprendre, comme s’ils sortaient d’une bulle. Ici tout le monde parle et comprend le français. Dingue. Inversement, les enfants comprennent que le « t’as vu comme la dame est bizarre » tout fort, en public, appartient à un autre temps…

Trois mois plus tard. Félix me donne sa liste de copains à inviter à son anniversaire. Six garçons de l’école avec qui il a envie de jouer et de manger des bonbons. Ça me fait bizarre, comme un jeune veuf qui me présenterait déjà une nouvelle fiancée… Les enfants ont le sens de la survie. Six bons copains en trois mois, je ne peux pas en dire autant… je crois qu’il faut que je consulte de nouveau.

Bonjour à la française. Clara arrive chez des amis, Clara arrive au club de sport, Clara rencontre des gens pour la première fois et à chaque fois, c’est la même chose, de grands adultes et même les enfants se penchent vers elle… Réflexe de Clara, elle recule. « Ils veulent juste te faire la bise ! ». Et dans ma tête, ma petite fille qui a appris depuis l’enfance à joindre les mains pour dire Namasté, pour dire Sawadika

Exotisme inversé. Définition de l’exotisme : « Qui provient ou appartient à un pays lointain ». Premier hiver. Pour Clara, mettre une doudoune, des collants et des bottes est le comble de l’exotisme. Et pour Félix, c’est la découverte de ce concept incroyable de « la clim qui chauffe » dans sa chambre…

Autonomie. « Mais tu comprends, maman, les autres filles, elles vont à la boulangerie toute seule depuis le CE1, moi j’ai jamais fait ça, j’ai peur. ». Je regarde Clara par la fenêtre. Concentrée, elle marche sur le trottoir, regarde plusieurs fois à droite et à gauche avant de traverser puis disparaît à l’angle de la rue. Mon cœur de mère vacille un peu, entre angoisse et fierté. Je ne vois plus ma petite fille… de 10 ans. Je pense aux voitures avec chauffeur, aux nounous, aux bus scolaires, à toutes ces années où mes petits étaient transportés, déposés, accompagnés. Ici, c’est la vraie vie. Et ma Clara qui revient, radieuse et fière, les bras chargés de chouquettes et d’une baguette tradition encore chaude.

Magic youtube. De Shanghai à Washington, de Bangkok à Mexico, les enfants ne perdent plus le fil. Maître Gims et les Kids United n’ont plus de frontières. Les anciens petits expats ne sont pas si déphasés dans la cour de récré !

Confiance. En partant vivre à l’autre bout du monde, en déménageant plusieurs fois, Clara et Félix ont dû faire preuve d’une capacité d’adaptation. Au jour du grand retour en France, ils ont fait tout pareil en prenant leur temps, en comparant les anciens copains avec les nouveaux, en se demandant quelle heure il était là-bas, en convertissant le prix de la chupa chups en monnaie d’avant (terrible inflation l’arrivée en France…). Et puis un jour, les enfants ont arrêté les comparaisons. La vie d’avant s’est éloignée. Elle est devenue un chouette souvenir. Aujourd’hui, Clara et Félix vivent le moment présent, même s’ils savent qu’un jour, peut-être, ils referont leurs valises !

 

Juliette Tissot

https://www.amazon.fr/Indian-therapy-Juliette-Tissot/dp/2919750666l

https://fr-fr.facebook.com/indiantherapy/

 

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter
Tags : france
Heureux comme Ulysse
Le webzine des familles expatriées

Leave a Response